Quelles sont les démarches nécessaires pour devenir antiquaire?

L’antiquaire est un professionnel qui œuvre dans l’achat et la vente d’objets anciens. Il tient généralement une boutique d’antiquité dont il est le premier responsable. Mais pour pouvoir exercer ce métier, il est crucial de connaitre les démarches nécessaires. Pour cela, il faut se renseigner sur les règlementations qui encadrent cette profession. Certaines étapes devront également être entreprises à cet effet. Justement, nous allons nous intéresser aux démarches à suivre pour devenir antiquaire.

Que disent les règlementations en vigueur sur le métier d’antiquaire?

Avant l’exercice de cette profession, les antiquaires doivent impérativement créer leur propre entreprise. Rappelons qu’ils exercent des activités à but lucratif. Contrairement aux particuliers qui vendent occasionnellement leurs biens dans le cadre d’un vide-grenier ou sur internet, le métier des antiquaires obéit à des règlementations strictes. À ce titre, ils doivent choisir la forme qu’aura leur société (SAS, SASU, SARL ou EURL). Dans tous les cas, ils ont l’obligation de déclarer leur activité auprès des autorités compétentes. Ils doivent également inscrire leur entreprise dans le registre du commerce et dans le registre de revendeurs d’objets mobiliers. Les antiquaires sont également obligés de tenir un livre de police ou ROM (registre des objets mobiliers). On peut acquérir un tel outil auprès d’une librairie. Il est aussi actuellement disponible en version électronique. Dans tous les cas, ce registre doit faire mention de la détention des articles en métaux précieux (or, argent, platine). Il doit en outre préciser leur poids et leur nature. En parallèle, les antiquaires tiennent un livre des recettes dans lequel ils inscrivent les recettes qu’ils encaissent grâce aux ventes journalières.

Quelles sont les étapes à suivre pour exercer le métier d’antiquaire ?

Outre les démarches relatives à la création d’entreprises, il existe des étapes qui sont nécessaires avant l’exercice du métier d’antiquaire. La première chose à faire est de se spécialiser pour acquérir d’ample connaissance sur l’histoire et le commerce de l’art. Pour réaliser une belle vente, il est toujours préférable de connaitre les antécédents des objets anciens à vendre. D’ailleurs, un antiquaire, c’est un personnage très curieux qui cherchera constamment à élargir ses connaissances. Pour cela, il peut soit se former auprès d’un centre spécialisé, soit acquérir son savoir-faire des parents qui ont été eux-mêmes des antiquaires. En tant qu’autoentrepreneur, il doit également avoir une notion en gestion d’entreprise.

Ensuite, il faudra faire une étude du marché pour mieux cerner la demande et cibler la clientèle. Le choix de l’implantation de la boutique d’antiquité ne se fera qu’en aval. Il en va de même de la signature du contrat de bail commercial avec le propriétaire.

L’antiquaire doit par la suite définir son statut juridique et s’enregistrer auprès du CCI. En tant que professionnel, il doit en outre souscrire à une assurance. Cela lui permet d’ailleurs de garantir au maximum les antiquités qui sont entreposées dans son magasin. Ce n’est qu’après sa souscription qu’il installera ses marchandises dans sa boutique. Pour lancer une activité d’antiquaire et pour gagner plus de visibilité, la création d’un site internet pour antiquaire est vivement recommandée. Il peut également recourir aux plateformes de vente en ligne pour écouler ses objets anciens.

Pour terminer, sachez qu’un antiquaire expérimenté comme Mayer qui exerce en Marne est constamment en quête de pièces rares et uniques. Pour exceller dans ce domaine, il faudra donc s’armer de patience, car ce n’est pas tous les jours qu’on déniche des objets de valeur. Il devra également cibler les articles les plus recherchés par sa clientèle pour assurer le bon fonctionnement de son activité.