Télémédecine : la médecine de demain ?

Six centres médicaux français pratiquent déjà la médecine à distance grâce aux appels vidéo rendus possibles par Internet. Seules les maladies de la peau, telles que les ulcérations, les plaies récidivantes et les escarres, sont prises en charge à l’heure actuelle, mais ce mode de consultation devrait s’étendre très prochainement aux personnes nécessitant un diagnostic médical urgent et dont le domicile se trouve éloigné d’un centre de santé.

Une alternative à la pénurie de praticiens spécialistes

Nombre d’endroits, loin des agglomérations, sont négligés par les professionnels de la santé comme les spécialistes médicaux entre autres. L’omnipraticien sera à même de solliciter les conseils de ses confrères situés dans un établissement hospitalier spécialisé grâce à la télémédecine.

Cette assistance devrait bientôt se répandre rapidement et toucher un public plus large. Bien évidemment, la présence d’un docteur ne peut en aucun cas être remplacée, mais cette technologie accélèrera l’accessibilité aux traitements prodigués aux malades.

Les cardiologues seront les prochains utilisateurs de la télémédecine, car pour le moment, elle n’est utilisée que par les dermatologues, mais elle devrait s’étendre à court terme aux EHPAD où elle servira à la prise en charge des visites des personnes âgées.

Une résolution applaudie par les hauts dirigeants du secteur de la santé

Les CPAM (Caisses Primaires d’Assurance Maladie) et les administrations territoriales ont donné leur consentement au projet pour faire face notamment à la désertification médicale.

Pionnière en la matière, l’Agence Régionale de la Santé du département de la Sarthe va doter le personnel de santé de ses hôpitaux et de ses EHPAD du matériel nécessaire et de l’apprentissage de la télémédecine.

Une subvention d’un demi-million d’euros a été offerte aux 15 premiers centres de santé s’étant portés volontaires pour ce projet. Dans cette même optique, 12 EHPAD seront munis de l’équipement nécessaire à l’auscultation des personnes âgées. Un appareil pour les ECG (Electro Cardiogramme) sera toutefois indispensable pour les examens des maladies cardiaques.

Mode de fonctionnement de la télémédecine

Un ordinateur, une caméra avec un zoom haute définition ainsi qu’un stéthoscope branché sont nécessaires à toute consultation à distance. Tout cet appareillage servira à transmettre les images numérisées au spécialiste concerné. Il faudra compter entre 9 600 et 14 000 euros pour le coût du matériel, selon le fabricant du modèle du chariot multimédia (mobile) ou dans une pièce fixe.

Les téléconsultations sont remboursées par la CPAM. Autres avantages : sécurisation et traçabilité des informations, économie de temps et de déplacement, moins d’encombrements aux urgences et médecins spécialistes plus facilement joignables…