Emile Ouosso parle de la prise de conscience des Congolais envers l’environnement

Le Congo est un pays situé en Afrique centrale. Cette nation riche de son patrimoine forestier et environnemental demeure au centre des grands débats liés à l’environnement. Fort heureusement, les congolais commencent en effet à prendre conscience de l’importance de la préservation de l’environnement. Emile Ouosso, Ministre au Congo nous en parle.

Le Congo davantage impliqué dans la lutte contre le réchauffement climatique

Les nombreuses conventions internationales ont permis d’élaborer un bilan du progrès du Congo en termes de développement durable. Aujourd’hui, le pays est impliqué de plus en plus dans la préservation de l’environnement. Cette prise de conscience est le résultat d’une reconnaissance de sa valeur écologique.

Emile Ouosso rappelle que le Congo est d’abord l’un des pays les plus grands d’Afrique avec plus de 2 millions de kilomètres carrés. Il dispose à lui tout seul de plus de la moitié des réserves totales d’eau douce du continent. En plus d’avoir le deuxième plus grand fleuve au monde, le Congo peut s’enorgueillir de sa forêt qui demeure à ce jour, l’une des plus grandes avec 155 millions d’hectares. Fort de sa biodiversité et de ses aires naturelles, c’est un pays hautement qualifié sur le plan environnemental.

Congo et la lutte contre le réchauffement climatique

Cette qualification lui confère une énorme responsabilité vis-à-vis de la planète. D’ailleurs, c’est l’une des raisons pour lesquelles les nations mondiales s’accordent pour accompagner, par des textes juridiques et des moyens financiers, le processus de lutte contre le réchauffement climatique et la destruction de l’environnement au Congo.

Selon Emile Ouosso, la population est aujourd’hui au cœur de ce challenge. Voilà pourquoi, l’on peut constater la création de nombreux organismes pour lutter pour l’environnement. Cette époque marque l’ère de la prise de conscience des Congolais envers l’environnement.

Une prise de conscience issue des actions gouvernementales et des organisations privées

Le gouvernement du Congo est le pionnier de la lutte contre le réchauffement climatique et l’environnement. En effet, la constitution a été adaptée pour faire face efficacement au challenge du millénaire : le réchauffement climatique.

Emile Ouosso parle de l’éducation du peule congolais

Emile Ouosso Ministre, au Congo État a entrepris des démarches auprès des associations et collectivités rurales et urbaines, afin d’impliquer davantage sa population dans ce combat. En effet, une prise de conscience se conclut par un changement d’habitude et de comportement. La volonté de l’État est de permettre à sa population, aussi bien rurale qu’urbaine, d’être pleinement éduquée et informée sur l’importance de la préservation de l’environnement.

Congo : à propos du fond forestier national

Pour ce faire, le Congo a mis en place l’institut congolais de la conservation de la nature, le fond forestier national. Son but unique est de préserver l’environnement et d’inciter la population à une prise effective de conscience envers l’environnement.

« Le résultat est aujourd’hui visible avec la multiplication des organismes privés qui travaillent auprès de la population rurale et urbaine », souligne Emile Ouosso Ministre. Il faut sensibiliser sur l’importance de protéger l’environnement.

Les congolais ont évolué dans le changement de comportement en étant plus respectueux et soucieux de la nature. Toutefois, des efforts considérables restent encore à fournir pour assurer une pérennisation des valeurs écologiques et environnementales sur le sol congolais.