Ce qu’il faut absolument connaitre sur l’éclaircissage des arbres fruitiers

Les professionnels en arboricultures ont fréquemment recours à l’éclaircissage des arbres fruitiers. Concrètement, cette technique consiste à supprimer les fruits considérés comme trop petits ou en surnombre. Elle a principalement deux buts, à savoir l’amélioration de la qualité de la récolte, c’est-à-dire l’optimisation du rendement en fruits, et le rajeunissement de l’arbre qui en fait l’objet. Dans cet article, nous partageons avec vous les informations à connaitre absolument sur ce procédé. 

Quelles sont les raisons d’entreprendre l’éclaircissage des arbres fruitiers ?

Pour un non-initié, l’éclaircissage des arbres fruitiers ne présenterait aucun intérêt. En effet, il y a une contradiction entre cette pratique et la volonté de produire des fruits en grande quantité. Pourtant, il est effectué sur l’arbre dès son plus jeune âge.

L’éclaircissage implique la réduction de la charge supportée par les branches en raison de l’excès de fruits. Autrement dit, il est effectué pour éviter que les branches cèdent. Ainsi, les autres ramures pourront bénéficier des éléments nutritifs qui leur sont nécessaires. Des fruits plus savoureux, plus colorés et plus gros seront alors produits par l’arbre. En outre, sachez que l’excès de fruits favorise les maladies et la présence des insectes nuisibles.

Par ailleurs, l’éclaircissage est considéré comme une solution naturelle permettant d’éviter la surproduction et de garantir la qualité du rendement. Il est aussi entrepris pour lutter contre le phénomène de l’alternance des fruits, c’est-à-dire de l’irrégularité de la récolte.

Pour cette tâche, il est conseillé de faire appel à une entreprise spécialisée en élagage d’arbre. Cet artisan vous fournira un travail de qualité, car il dispose des compétences et des ressources nécessaires pour ce faire.

Éclaircissage des arbres fruitiers : quand l’effectuer ?

Les arbres fruitiers font l’objet d’un éclaircissage à deux reprises. À l’issue de la chute physiologique des fruits, une séance d’éclaircissage est effectuée. Ce phénomène se manifeste durant les mois de mai et de juin. Au cours de période, les excès de fruits tombent automatiquement. En l’occurrence, il s’agit de ceux dont le diamètre est compris entre 1 et 1,5 millimètre. En outre, on priorise la suppression des fruits malades, trop petits ou qui connaissent des malformations.

Le second éclaircissage est entrepris dès lors que les branches supportent une charge importante. La taille des fruits oscillera à ce moment entre 20 et 30 millimètres de diamètre.

L’éclaircissage est incontournable pour certaines variétés telles que les poiriers et les pommiers. Sa réalisation demeure facultative sur les abricotiers et les pêchers du fait qu’ils produisent des fruits plus légers. Néanmoins, la suppression de fruits est effectuée dès lors que l’opération est jugée indispensable. Dans tous les cas, nous vous préconisons de faire appel à un élagueur professionnel.

Comment procéder à l’éclaircissage des arbres fruitiers ?

On peut pratiquer l’éclaircissage des arbres fruitiers de trois manières différentes.  

D’abord, l’éclaircissage manuel est la technique la plus conventionnelle. Le retrait des fruits se fait exclusivement à la main. C’est une tâche très fastidieuse. Ce qui explique d’ailleurs son coût relativement élevé.

Il y a ensuite l’éclaircissage mécanique qui implique l’usage d’un sécateur. Cet outil servira à sectionner les pédoncules des fruits. Il faudra néanmoins prendre le soin de le désinfecter avant et après chaque utilisation. Cette technique donne priorité à l’enlèvement des fruits malades et malformés. Les bons fruits seront quand même éliminés quand ils sont en surnombre ou quand ils se serrent les uns contre les autres. Pour terminer, il y a l’éclaircissage chimique qui est uniquement entrepris sur les arbres qui produisent des fruits entre 5 et 20 mm de diamètre. Comme vous l’aurez compris, il implique l’utilisation d’un produit chimique. Malgré les enjeux environnementaux qu’elle pressent, cette technique est avantageuse sur différents points. Elle permet en effet d’empêcher la prolifération des parasites. Elle permet en outre de lutter contre les risques d’alternance et l’irrégularité de la production.