Élagage des arbres : les techniques accessibles et les responsabilités des propriétaires

Les travaux d’élagage sont indispensables lorsqu’on y détecte des branches mortes ou cassées. En général, ces parties endommagées peuvent présenter des risques de maladies pour l’arbre lui-même et aussi des risques de chute pour les personnes environnantes. C’est pour cela qu’il est important d’avoir plus de renseignements sur le sujet si l’on dispose d’arbres dans son jardin. Voici d’ailleurs quelques conseils utiles à savoir sur les techniques accessibles et les responsables pour les propriétaires.

Les bonnes périodes pour l’élagage et les raisons de le réaliser

 Généralement, l’élagage peut être réalisé toute l’année pour certaines espèces d’arbres. D’autres plantes comme les arbres à fleurs ou fruitiers, cette opération s’avère être risquée. Souvent, il est nécessaire d’attendre la période de repos végétatif ou d’hibernation pour l’effectuer. C’est-à-dire le moment où la sève se concentre dans la partie basse de l’arbre. Il est parfois facile pour certaines espèces cette période, notamment durant la chute des feuilles mortes.

Ce qui correspond notamment à l’hiver. Toutefois, certains moments de l’année ne permettent pas de réaliser cette opération sous peine de voir l’arbre mourir. En général, les grands froids de janvier et février sont à éviter. Le printemps est aussi une période délicate sachant que c’est le moment de la montée de sève. La fin de l’été n’est pas non plus le moment idéal pour réaliser l’élagage. Dans tous les cas, il est conseillé de faire appel à un professionnel comme cet élagueur dans le 59  pour avoir son avis et pour effectuer les travaux.

Les techniques accessibles pour réussir l’élagage

En général, les techniques accessibles pour réaliser les travaux d’élagage sont nombreux. Mais il y a notamment la coupe en trois étapes qui consistent à couper les branches de plus de 50 mm. L’objectif de cette méthode est surtout d’éviter le déchirement de l’écorce de la partie saine durant leur chute. Il est notamment nécessaire de passer par plusieurs étapes pour y arriver. Il faudra par exemple, commencer par réaliser une entaille sous la branche à supprimer à une distance de 600 mm du tronc. Ensuite, l’on doit couper la branche au-delà de l’incision faite initialement. Après cela, le bout de branche restant appelé chicot doit être scié à l’extérieur du collier de la branche.

En général, la coupe doit être nette et droite. Il faut éviter qu’elle soit trop rase afin d’éviter d’étendre la taille de la plaie ou encore d’enlever la partie des tissus chargée d’assurer la cicatrisation. Encore, une coupe trop distante pourrait laisser le chicot à couvert des invasions des parasites. En plus de ces actions, il est possible d’éviter les risques d’infection à partir de l’élimination des écorces endommagées sur le contour de la plaie. Pour assurer encore plus le soin, il est idéal de poncer la blessure avec du papier sablé.

Les responsabilités des propriétaires

Plusieurs cas obligent quelquefois les propriétaires à procéder à l’élagage. D’ailleurs, c’est la loi qui impose les travaux surtout lorsque les branches de l’arbre empiètent les propriétés du voisinage et représentent également une menace. Dans tous les cas, le propriétaire n’est pas obligé d’abattre ou de raser tous les végétaux. Par ailleurs, il est important de conserver l’entente avec les voisins et le mieux à faire notamment est de demander l’accord des voisins avant de procéder à l’élagage. En cas de refus de ceux-ci, il est nécessaire de prouver au tribunal la nuisance ou le danger qui pousse à réaliser l’opération. Avec des preuves conséquentes, il se pourrait que le tribunal accorde une injonction pour autoriser à réaliser les travaux.

Pour un feuillage se développant tout près des fils électriques, il est aussi indispensable pour le propriétaire d’arranger les choses bien qu’ils soient couverts de caoutchouc. Pour ce faire, il est nécessaire de faire appel à un professionnel pour éviter toute électrocution.