Comment s’alimenter quand on voyage à vélo ?

Après avoir réglé le problème du sommeil, il faut s’alimenter. Il vous faut donc prévoir du matériel pour cuisiner et déguster vos préparations culinaires ou vos plats tout préparés. Si vous ne voulez pas dépenser votre budget en restaurants, il sera indispensable de prévoir du matériel de cuisine.

Le réchaud

Comment s’y retrouver parmi les variétés de réchauds et de combustibles ? Le choix dépendra largement des pays visités. En France, on trouve tous les combustibles, qu’il s’agisse de pétrole, d’essence ordinaire, d’alcool brûler, du gaz, du fuel. Mais ailleurs, ce ne sera pas forcément le cas. Si vous optez pour un réchaud multi-combustible, vous pourrez vous approvisionner en carburant partout dans le monde. Certains modèles fonctionnent avec du diesel, du pétrole, de l’essence sans plomb et même du kérosène ! Bien qu’il soit assez rare de s’approvisionner dans les aéroports… Le carburant est transporté dans un réservoir métallique étanche, dont la capacité varie de 300 ml à 1L. Une capacité de 500 ml permet de tenir plusieurs jours, si vous ne faites pas de pot-au-feu… Le réservoir peut se ranger dans le porte-bidon du vélo. Inconvénient : le réglage au ralenti est difficile, voire impossible.

Une valeur sûre des voyageurs à vélo, est le Primus Omnifuel. Ce système, pas trop lourd, s’abreuve d’à peu près tous les carburants (gaz, essence), avec une efficacité terrifiante. Le bruit et les flammes qu’il produit parfois le sont tout autant ! Pour ceux qui voyagent moins loin, le réchaud à gaz représente la solution simple et bon marché. Idéal pour les pays européens, choisir un modèle avec adaptateur pour convenir aux différents types de bouteilles de gaz. Attention : en dessous de o oc, le gaz se vaporise moins bien et le réchaud ne fonctionne plus.

Le réchaud alcool

Il présente plusieurs atouts : il est particulièrement stable et efficace, notamment en cas de vent. Très léger et compact également, puisque les différents ustensiles s’emboitent les uns dans les autres. Ainsi, le réchaud à alcool de la marque Trangia existe en formule de base (support + 2 popotes + 1 poêle couvercle) que l’on peut compléter avec une petite bouilloire et un couvercle plastique multi-usage facilitant notamment l’égouttage. Le point le plus délicat peut être de trouver de l’alcool à brûler à l’étranger. Le plus simple est de commencer par faire ses courses dans une grande ville, en supermarché ou boutique de style droguerie. En anglais, l’alcool brûler se dit « denatured alcool ». L’investissement est d’environ 100€, suivant le modèle. Un investissement que vous ne regretterez pas.

Le réchaud à bois

Double paroi pour une meilleure combustion et moins de fumée, des petits morceaux de bois des alentours, le réchaud bois à base de boites de conserve n’est pas aussi efficace pour faire bouillir de l’eau que le Primus, mais il a le mérite de pouvoir fonctionner en « autonomie », tant qu’il y a du petit bois ! (Pour l’autonomie totale, il va falloir apprendre à faire tourner les brindilles dans de l’écorce, ou taper du silex sur des pierres… mieux vaut garder un briquet !).

Une petite astuce

Le brûleur du réchaud Trangia peut être remplacé par une boite de thon de 130 g dans laquelle on peut mettre tout ce qui brûle. À condition d’ajouter un chiffon pour l’essence pour qu’elle prenne mieux. Mais l’alcool 90° (en Espagne, on peut l’acheter au litre), le produit vitre ou la vodka fonctionnent très bien.

Le poêle Rocket

Ce poêle permet d’économiser nos cartouches de gaz qui ne sont pas toujours faciles à trouver dans les pays étrangers. On trouve toujours du petit bois, que ce soit dans un camping ou en bivouac. Quand le feu est bien démarré, la cuisson est rapide, sans fumée, l’intensité de la chauffe se gère en ajoutant ou en retirant du bois. Quel plaisir ensuite, de rester au coin du feu si la soirée est un peu fraîche ! Il suffit d’une petite plaque de tôle qui sert de plancha pour griller du pain ou des saucisses. Un seul inconvénient, il faut récolter du bois sec. Aussi, pour faire chauffer le café du matin, la veille, il suffit de mettre un peu de bois à l’abri sous la tente. La réalisation est assez simple : c’est un mini-poêle rocket pliable en tôle d’acier ou d’aluminium, de 1 à 1,5 mm d’épaisseur, avec quatre charnières piano assemblées par rivets POP, pour un rangement plat.

Comment utiliser correctement son réchaud ?

Nous avons choisi un réchaud multi-combustible de marque MSR modèle XGK EX. Attention à bien lire le mode d’emploi, en particulier le chapitre « Informations sur le carburant », écrit tout petit, qui précise qu’il existe deux gicleurs : l’un pour le diesel, le deuxième pour les autres carburants… En effet, si par erreur vous intervertissez le gicleur essence avec du diesel, ce sera une catastrophe. Fumée noire, dépôt noir sur les casseroles et plein les mains…