Financer son besoin en fonds de roulement

Aucune entreprise n’est à l’abri de dettes fournisseurs, d’insuffisance de stock ou encore d’encours de créances clients, d’où la nécessité de faire recourt à des fonds pour couvrir les charges courantes. C’est justement dans cette situation que le BRF entre en jeu. Acronyme du Besoin en Fonds de roulement, il s’agit d’une solution qui se veut très avantageuse fixée par une échéance à courte durée. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce sujet.



Besoin en Fonds de Roulement : qu’est-ce que c’est ?

Pour faire simple, le BFR est le calcul entre l’actif circulant et le passif circulant. Il s’agit d’une solution très adoptée par les entreprises de nos jours, rassemblant les créances clients, les dettes fournisseurs ainsi que le montant des stocks. De ce fait, une formule simple existe pour calculer facilement le BFR, soit : Besoins en Fonds de Roulement = l’encours des créances clients + le stock moyen — l’encours de dettes fournisseur. Dans le cas où on obtient un résultat positif, cela sous-entend que la société devra chercher une alimentation afin de financer des fonds de roulement en toute urgence. Pour le cas d’un résultat négatif, elle met en évidence la bonne santé du portefeuille de l’entreprise, c’est-à-dire qu’elle a les ressources en Fonds de Roulement dont elle a besoin. Dans certains secteurs tels que la grande distribution, la restauration ou le Retail, cette ressource est généralement courante pour la bonne raison que les consommateurs paient immédiatement et que les paiements fournisseurs ne dépassent les 30 jours.

Apprendre à interpréter le résultat d’un BFR

Comment indiqué, un résultat positif d’un BFR signifie que l’entreprise est en manque de ressources et qu’une solution devra être trouvée rapidement pour continuer de faire fonctionner les activités. Le recours à des compléments de ressources s’impose alors afin de financer les dépenses de l’entreprise. Quant au BFR nul, c’est-à-dire zéro, l’entreprise s’en sort plutôt bien puisqu’elle n’a pas besoin de solution de financement. Cependant, ce n’est pas le moment de baisser la garde, car si elle n’a pas d’excédent financé, le risque n’est pas moindre. L’entreprise en effet en équilibre, mais rien n’est garanti. On ne peut alors avoir l’esprit serein que lorsque le résultat est inférieur à zéro, car cela signifie clairement la bonne santé financière de l’entreprise. Ici, les stocks et les créances sont nettement supérieurs aux créances et c’est une bonne chose. Dans ce cas, les ressources en excès viendront alimenter la trésorerie de l’entreprise.

Que faire en cas de BFR positif ?

Pour retrouver l’équilibre, une entreprise endettée avec un BFR positif a droit à plusieurs solutions. Dans le premier temps, elle peut faire recours aux Fonds de Roulement constitués généralement par des apports d’emprunts bancaires. Le capital fourni peut alors financer une partie du BFR. Effectivement, le fond obtenu ne doit pas entièrement être utilisé pour booster le BFR pour la bonne raison qu’il doit toujours être réalisé dans un but sur une longue échéance. Ainsi, il ne faut jamais commettre l’erreur de se servir de ce capital pour couvrir une dette à court terme. Mais il est également possible de faire recours au découvert bancaire, notamment lorsque le besoin n’est pas trop important. Contrairement au Fonds de Roulement, ce capital peut être utilisé pour financer les dettes à court terme. La dernière solution qui s’offre aux entreprises endettées est : les apports en comptes courants. Grâce à des fonds versés par des associés, la boîte qui passe par des difficultés peut combler son manque en Fonds de Roulement. Puisque cet apport à court terme peut être remboursé à tout moment, il peut être utilisé pour retrouver l’équilibre