De la Saône au Rhin, sur la voie cyclable de l’Europe

Entre Bourgogne et Alsace, la grande vélo-route européenne l’Eurovélo 6 force à travers le Jura l’ultime passage ouvrant la route du Rhin. En Voie verte le plus souvent, le parcours franc-comtois garantit aujourd’hui 200 km de roue libre, au fil d’une rivière Doubs harmonieusement canalisée. Une balade de pur plaisir, pratiquer à la carte, dans un sens ou dans l’autre.

Vous pourrez faire une halte de charme en bord de rivière, Verdun-sur-le-Doubs verra bientôt la voie verte des rives de Saône confluer ici avec la grande transversale européenne Eurovélo 6. En amont comme en aval de Besançon, le vert cheminement de l’Eurovélo 6 s’offre en bord de Doubs un parcours d’exception.

Les voies cyclables de la Saône au Rhin, autoroute pour cyclotouristes

L’itinéraire est géographiquement animé c’est le moins que l’on puisse dire. Sur cette partie orientale de la transversale française ! Touchant directement trois régions (Bourgogne, Franche-Comté, Alsace) et six départements (Saône-et-Loire, Côte-d’Or, Jura, Doubs, Territoire de Belfort et Haut-Rhin), il est logiquement sillonné, à la belle saison, par des pelotons entiers de cyclistes, français ou étrangers. On y voit toutes sortes de vélos, du simple vélo des années cinquante au dernier vélo électrique avec tous les accessoires dernier cri. C’est l’axe majeur des communications à vélo entre les deux parties de l’Europe ! Venant de Bourgogne, c’est-à-dire de Chalon-sur-Saône, la première section du parcours comporte bien encore quelques chaînons en pointillé. Les innombrables méandres et les débordements fréquents de la Saône n’ont pas facilité le travail des aménageurs. Mais qu’on se rassure, l’itinéraire ne devrait plus tarder à mettre définitivement en liaison cyclable Verdun-sur-le-Doubs, Seurre et Saint-Jean-de-Losne, la fameuse base fluviale confluente de la Saône, du Rhône au Rhin. Plus de souci partir de là. Le reste du parcours, par Dole, Besançon et Mulhouse, ne posera plus aucun problème jusqu’au grand carrefour européen de Bâle.

Une liaison avec l’Eurovélo 6 et d’autres voies vertes

La Suisse et l’Allemagne y prennent tour à tour le relais pour assurer la continuité de l’Eurovélo 6… Pas plus de souci côté dénivelé. Dès sa jonction avec le Doubs, Dole, la piste suit de près sur le chemin de halage le plus souvent le fameux canal du Rhône au Rhin, dans un sens comme dans l’autre, on avalera sans effort la centaine d’écluses et de biefs montant à l’assaut du Territoire de Belfort et de son seuil de partage, profitant tout du long de la beauté de paysages trop méconnus. Tantôt rive droite, tantôt rive gauche, on enchaînera sans bruit ni pollution (les grands axes routiers se tiennent à l’écart) les louvoyants méandres du Doubs, les bourgs et les villages qui s’y accrochent. Un tous les 3 km en moyenne, en plus des villes-étapes de Dole, Besançon, Baume-les-Dames, Montbéliard et Mulhouse…

A voir sur cette route cyclable de la Saône au Rhin

Saint-Jean-de-Losne

Important port batelier hier, première halte française de tourisme fluvial. Son église Saint-Jean-Baptiste recèle des orgues du XVIIIe siècle, comptant parmi les plus belles de France.

Dole

Joliment campée au bord du Doubs, cette ville d’Art et d’Histoire fait montre de trop de richesses patrimoniales pour ne pas mériter un arrêt prolongé. Sa collégiale Notre-Dame et sa sainte-chapelle, son hôpital du XVIIe siècle, son collège de l’Arc, son hôtel de Froissard, ses maisons anciennes valent tous les détours. Sans oublier, surtout, son petit musée Pasteur, dans la maison même où naquit le futur savant et grand bienfaiteur de l’humanité.

Montbéliard et Belfort

À l’issue d’un important escalier d’écluses (vingt-sept pour 54 km, soit une tous les 2 km !), lui-même entrecoupé de deux étapes de charme Clerval et L’Isle-sur-le-Doubs, Montbéliard surprend le voyageur du halage. La Ville de Peugeot est beaucoup plus verte qu’il ne l’imagine généralement ! Le parc du Pres-la-Rose, notamment (juste à côté de la base fluviale) est une belle invitation à découvrir le reste de la cité, commencer par le château des Wurtemberg et, plus délibérément industriel, l’incontournable musée Peugeot. À la sortie de Sochaux, justement, on pourra choisir de continuer le long du halage (direction Mulhouse), ou bien d’obliquer plein nord, par la Coulée verte, pour rejoindre Belfort, son lion et sa citadelle.