Jean Francois Charpenet présente : Le rôle de la réalité virtuelle dans l’urbanisme

La réalité augmentée et a réalité virtuelle peuvent aider à construire des villes intelligentes et à rendre la vie urbaine meilleure pour tous. Les explications de Jean Francois Charpenet, spécialiste en immobilier.

La place des nouvelles technologies dans notre réalité

Les nouvelles technologies influencent et changent tous les aspects de notre vie. Quand on pense à la réalité virtuelle, par exemple, la première idée est de l’associer au jeu et au divertissement. Pourtant, ces technologies sont déjà utilisées dans de nombreuses industries, dont certaines ont un impact critique sur la vie des gens : éducation, santé et sécurité.

La planification urbaine

Jean Francois Charpenet explique le rôle de la réalité virtuelle dans un autre domaine d’activité clé : la planification urbaine. Le travail des urbanistes est extrêmement important. Elle aide les villes à se développer harmonieusement. Il s’efforce de maintenir un flux de circulation continu, malgré le nombre croissant de voitures. Et il veille à ce que les bâtiments industriels n’envahissent pas les zones résidentielles.

Les outils les plus avancés pour les urbanistes

La décision d’autoriser la construction d’un nouvel immeuble de bureaux ou d’un centre commercial est une décision sérieuse. Dans l’immobilier, l’agrandissement d’une zone résidentielle avec plusieurs nouvelles unités nécessite une analyse minutieuse. Tout nouveau bâtiment ajouté à un quartier a un impact sur tout :

  • Les services publics;
  • La circulation, l’environnement;
  • Le confort;
  • Le bien-être du reste des résidents.

Ainsi, l’urbanisme est tout aussi important que la sécurité publique et les services de santé pour nous tous. Avec l’aide de la réalité virtuelle, les urbanistes peuvent travailler mieux et plus efficacement.

Les avantages de la réalité virtuelle selon Jean Francois Charpenet

Voici quelques exemples d’avantages de la réalité augmentée et virtuelle pour l’urbanisme :

1. Visualisation de grandes données

Prenons l’exemple de l’expansion du quartier immobilier. Chaque nouvelle maison a besoin d’électricité, de gaz, d’eau et d’égouts – les services publics de base. La fourniture de ces services publics à des logements individuels ou à des complexes d’appartements représente une charge supplémentaire pour les réseaux existants.

Ainsi, les urbanistes, de concert avec les fournisseurs de services publics, doivent travailler et déterminer si les réseaux existants sont capables de gérer la charge supplémentaire ou non. Cependant, les données abstraites ne sont pas faciles à comprendre et à interpréter. Avec des représentations visuelles 3D en RV, toutes les parties prenantes ont une vision claire des changements potentiels. « Ils peuvent décider s’ils doivent redimensionner les réseaux de services publics pour tenir compte de l’expansion résidentielle. » indique Jean Francois Charpenet.

2. Comprendre l’impact des nouveaux bâtiments sur la circulation

La circulation est un problème dans toutes les grandes villes. Le réseau routier est pratiquement le même, mais le nombre de voitures augmente. Chaque fois qu’un nouveau bâtiment commercial ou d’affaires est ajouté à une zone spécifique, sa structure de circulation change.

Jean Francois Charpenet indique comment la réalité augmentée et virtuelle aide les urbanistes à comprendre ces changements : « Si nous ajoutons un immeuble de bureaux, il pourrait y avoir 700 personnes de plus qui partent en voiture et plus de congestion. Nous voulons que les gens puissent visualiser physiquement la congestion. »

3. Encourager les citoyens à participer aux projets de développement urbain

Les projets de services publics doivent généralement passer par une phase de consultation publique avant le début des travaux. Dans le passé, les citoyens pouvaient voir des plans de conception et un rendu informatique 2D. Récemment, ils ont été remplacés par des vidéos de simulation et des photographies en 3D des futurs bâtiments et développements.

Grâce à réalité virtuelle les citoyens peuvent avoir une vision plus réaliste de la façon dont ces projets s’intégreront dans l’environnement et seront reliés aux bâtiments existants.