Les étapes essentielles pour réussir votre ramonage de cheminée

Si vous souhaitez garantir le bon fonctionnement de vos appareils de chauffe, il est indispensable de réaliser les travaux de ramonage de cheminée. De plus, cette précaution vous permet de prévenir d’éventuels risques d’incendie et des problèmes d’intoxication suite à l’émanation de gaz carbonique. Dans cette optique, le meilleur réflexe est de faire appel à un ramoneur qualifié pour mener à bien cette opération. Pour sécuriser cette intervention et entreprendre les démarches requises, il est effectivement indispensable de suivre les étapes essentielles. A ce titre, des règlements stricts s’imposent également concernant leur fréquence en fonction des spécificités de votre installation.

Préparation du ramonage

La réalisation de ce type de chantier nécessite effectivement un minimum de préparation, car elle ne s’improvise pas même si vous êtes un bon bricoleur. De plus, si jamais un incendie se produit, votre compagnie d’assurance a le droit de refuser de vous indemniser si l’entretien de votre conduit n’a pas été pris en mains par un professionnel agréé. A titre indicatif, les prestations d’un artisan spécialisé vous coûteront aux environs de 70 euros. Donc, il serait préférable de miser sur cette alternative au lieu d’écoper d’une amende de 450 euros, faute d’entretien de votre installation par un expert certifié.

En parlant de conformité, vous devez prendre en considération les exigences de la loi concernant la fréquence de ces opérations. Si vous disposez de foyer avec des combustibles gazeux et liquides, il est impératif de prévoir un ramonage annuel. Par contre, si votre installation carbure avec du bois ou des granulés, cet intervalle remonte à deux ramonages/an. Dans cette optique, il est recommandé de les planifier successivement en période de chauffe et en dehors de la saison de chauffe.

Pour ce faire, le ramoneur se sert de kits de ramonage composés de :

  • jeu de perches,
  • hérisson — une brosse spécialement dédiée.

Ces accessoires sont déclinés pour mieux répondre à vos besoins en fonction de votre installation :

  • différentes longueurs,
  • diverses matières (nylon, acier…),
  • et avec des diamètres variés.

Différents procédés

Dans la pratique, un ramonage peut se faire de deux manières :

  • depuis l’ouverture de votre conduit (poêle ou cheminée),
  • à partir du toit.

Pour le premier cas, l’artisan commencera par monter le hérisson sur la perche, avant de l’introduire à l’intérieur, afin de gratter les parois internes de votre installation. Ainsi, les mouvements de va-et-vient permettent de décrocher les suies et les goudrons qui risquent de boucher votre dispositif. Au fur et à mesure de sa progression dans la hauteur de votre conduit, il rajoutera petit à petit des cannes pour mieux atteindre les endroits difficiles.

Autrement, il passera par votre toit en enlevant le couronnement de votre cheminée. Par la suite, il Insèrera le hérisson afin de réussir à gratter l’intérieur de votre appareil. Il est à noter que cet exercice est réservé à des professionnels aguerris en raison de la complexité d’une telle intervention.

Pour résumer, vous avez différentes alternatives en matière de travaux de ramonage de cheminée. Cependant, il est fortement recommandé de faire appel à un ramoneur expérimenté pour mieux sécuriser la réalisation de cette opération. Ainsi, vous bénéficierez également de ses conseils avisés pour préparer l’exécution de cette intervention dans les meilleures conditions.