Job Medical décrypte le secteur de l’emploi paramedical

Dans un contexte de marché de l’emploi morose, avec des taux de chômage conséquent, le secteur du paramédical, qui emploie plus de 1,5 million de personnes en France, fait figure d’exception. Certaines professions manquent même cruellement de personnel. Créé en 2007, JOBMEDICAL, est une entreprise de Travail Temporaire, un acteur majeur du recrutement médical et paramédical sur le Midi-Pyrénées.

JobMedical nous donne son avis sur le marché de l’emploi

Infirmière, aide-soignante, personnel du paramedical, Job-medical vous conseille et vous donne son avis sur les différents métiers du secteur. Egalement, sur son site Job Medical met en avant des offres d’emploi de courtes et de moyennes durée au sein d’établissements de santé comme les cliniques, les CHU, les maisons de retraite…

Le vent de crise qui touche l’emploi semble épargner le paramédical. Alors que le vieillissement de la population accroît les besoins, le secteur doit faire face à de nombreux départs en retraite.

JobMedical analyse les opportunités professionnelles

Les départs en retraite et les déficit touche en premier lieu les hôpitaux.

Si les infirmiers représentent, à eux seuls, près de la moitié des effectifs du secteur, une trentaine d’autres métiers sont tournés vers les soins, la rééducation, l’appareillage ou l’assistance technique. Job Medical établit la liste de ces métiers.

Des cursus courts mais exigeants analyse jobmedical 

Les formations à ces professions sont accessibles, pour la plupart, sur concours ou sur dossier, souvent avec un bac au minimum. Les études durent un an (aide-soignant, auxiliaire de puériculture), deux ans (BTS diététique, BTS opticien-lunetier…), trois ans (audioprothésiste, infirmier, pédicure-podologue…), voire cinq ans (orthophoniste) après le bac.

Jobmedical dévoile le numerus clausus 2016-2017

Le numerus clausus 2016-2017
Le numerus clausus désigne le nombre d’étudiants admis dans une formation. Il est fixé, chaque année, par le ministre de la Santé, dans un arrêté publié au Journal officiel. L’objectif est de contrôler à la fois le nombre de praticiens de santé et le montant des dépenses de la Sécurité sociale.

Audioprothésistes: 200.

Infirmiers: 30997.

Masseurs-kinésithérapeutes: 2693.

Orthophonistes: 841.

Orthoptistes: 407.

Psychomotriciens: 914.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *