La transformation digitale dans le monde de l’art

 

L’augmentation de la technologie d’aujourd’hui affecte les arts et la distinction entre l’art et le non-art devient de plus en plus difficile à déterminer. Pourtant, cette fusion n’est pas sans précédent. L’exposition de logiciels de Jack Burnham en 1970 prévoyait l’afflux de «systèmes de traitement de l’information» et, par conséquent, le mélange de l’art et de la vie. L’essai du catalogue d’exposition de M. Burnham a noté que «les systèmes de traitement de l’information et leurs appareils» étaient les zones de «culture la plus rapide» à l’époque. Cette exposition intitulée «Logiciels», intitulée «Les technologies de l’information», est un environnement omnipratique qui a besoin de la sensibilité traditionnellement associée à l’art. En effet, ce que M. Burnham a reconnu il y a plus de 40 ans se réalise aujourd’hui.

L’exposition qui a eu lieu en 2014 au Barbican Centre à Londres, The Digital Revolution, reconnaît la profusion de la technologie numérique depuis les années 1970 jusqu’au XXIe siècle. La restauration réplique notre monde technologique surestimé, où beaucoup de choses sont en concurrence pour notre attention: vérifier de façon incessante le courrier électronique pour suivre Twitter. Les pièces d’exposition suivent la même approche en accablant nos sens et en demandant la participation des visiteurs: écouter de la musique, concevoir une œuvre d’art potentielle, jouer à un jeu vidéo ou créer un travail numérique. De plus, la variété des exposants, des artistes, des cinéastes, des architectes, des musiciens et des développeurs de jeux qui composent l’exposition flou les frontières entre l’art et la vie.

Le spectacle fait bon travail pour susciter deux grands thèmes: la permutation de la technologie numérique dans l’art et la transition du matériel au logiciel. La technologie numérique est présente tout au long de l’exposition. Au fur et à mesure que l’exposition progresse, la technologie comprend aussi: des machines rudimentaires et volumineuses aux idées et aux graphismes élégants. Il commence par des objets maintenant datés, y compris un jeu d’arcade Pac-Man et un système de jeux Nintendo avec le jeu Super Mario Brother, disponibles pour jouer. Il avance vers l’art créé avec le code, comme l’a démontré DevArt par Google avec le Barbican Center.

Julien Kouchner pionnier de la révolution digitale dans les arts

Diplômé de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie de Paris, titulaire d’un Master of Engineering in Civil Engineering obtenu à l’Université A&M du Texas, Julien  Kouchner débute sa carrière comme conseil en stratégie sociale au sein du groupe BPI.

En 2011, il participe au rachat du Groupe Profession Santé, groupe media leader à destination des professionnels de la Santé, dont il se voit confier la Direction Générale. Il mène avec succès la transformation digitale du groupe, en fait le leader multicanal du secteur, puis le cède en avril 2016 à la Mutuelle Nationale des Hospitaliers. Il quitte ses fonctions opérationnelles en janvier 2017.
Julien Kouchner  a fondé l’Agence interactive de communication culturelle et conceptrice de solutions logicielles artistiques avancées.

A qui s’adresse l’entreprise fondée par Julien Kouchner 

Pour un artiste: comment se font-ils connaître à l’époque de Web 2.0? Pour une institution culturelle, comment peuvent-ils atteindre de nouveaux publics et des moyens de diffusion et financer son développement? Comment peuvent-ils attirer de nouvelles générations et entretenir des relations avec les visiteurs?

Les joueurs dans le monde de l’art (collectionneurs, galeries, conservateurs, artistes, fondations, etc.) peuvent profiter de la dématérialisation pour atteindre de nouveaux publics. Groundswell Art Initiative combine l’expertise numérique et culturelle pour créer des projets et solutions innovants appliqués au domaine de l’art.

Pour les institutions culturelles, Julien Kouchner à travers Groundswell Art Initiative peut développer:

Sites web, espaces de musées virtuels,
Les musées «au-delà des murs» avec des réseaux sociaux personnalisés et l’interaction entre les amateurs d’art,
Et les solutions de divertissement transmedia.
Répondant ainsi à leurs stratégies de diffusion et de communication.

les  réponses apportées par Julien Kouchner et son entreprise reposent toujours sur un axe d’un projet artistique et technologique pour étendre l’art et la création de médias numériques.

Groundswell Art Initiative est une agence de communication culturelle interactive qui conçoit des solutions logicielles pour les professionnels qui visent à étendre l’impact de leurs expositions et sites sur internet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *