Différencier marketing direct, vente directe, et vente à distance

Les trois termes marketing direct, vente directe et vente à distance portent à confusion, car ils sont très souvent assimilés comme des synonymes. Cependant, ils traduisent des actions de même souche, aucun de ces termes ne signifie l’autre. Il serait donc judicieux d’analyser chacune de ces expressions pour estomper les doutes et confusions chez ceux qui ne parviennent toujours pas à les cerner.

Définitions et approches

Ranger France, différencier marketing direct et vente directe
Différencier marketing direct et vente directe

D’après les écrivains Philip Kotler et Bernard Dubois, dans leur ouvrage intitulé Marketing management, il le définit comme l’ensemble des techniques, études d’application qui prévoient, constatent, suscitent, renouvellent et stimulent les besoins chez des consommateurs et adaptent de manière continue l’appareil productif et commercial aux besoins ainsi déterminés. Pour faire plus simple, il s’agit de l’ensemble des techniques qui aident à vendre des produits et services d’une entreprise. Dès lors, nous pouvons comprendre que le marketing direct quant à lui adapte l’appareil commercial en concevant et en diffusant un ou plusieurs messages précis, ciblés et personnalisés en direction de la cible désignée (particulier ou personne morale).

Exemple : les messages des opérateurs de téléphonie mobile adressés aux abonnés sont un bon exemple. Ces messages sont hautement personnalisés, ce qui donne au destinataire un sentiment d’importance. L’émetteur lui dit qu’il compte et que sa fidélité l’honore.La vente directe, de son côté est une vente qui se fait sans intermédiaire. Le produit passe du producteur ou transformateur directement au consommateur. Ce type de vente fait partie d’un circuit de distribution que l’on appelle circuit court. Ensuite vient la vente à distance qui elle, permet aux consommateurs (intermédiaires ou finaux) de pouvoir accéder aux produits ou services dans un lieu autre que celui où se déroulait habituellement l’échange.

Exemple : les distributeurs de billets que les banques utilisent pour désengorger les réceptions. Il y’a aussi le E-commerce qui facilite les échanges entre producteurs, commerçants et consommateurs et se pratique généralement en télévente.

 

Distinction des trois concepts

Maintenant, nous connaissons les définitions de chacun de ces termes. Pour différencier tous ces thèmes, on peut se fier à leurs définitions et leurs champs d’application.

Le marketing direct

C’est un élément du BTL (Below The Line), un anglicisme qui signifie en dessous de la ligne. Il s’agit des techniques de publicité hors-média. Fait étrange, il peut néanmoins se servir des cinq grands médias à savoir : la télévision, la radiodiffusion sonore, la presse écrite, le cinéma, l’internet pour passer des messages personnalisés aux cibles assignées. Il peut être adressé ou non adressé.

La vente directe

Celle-ci peut être également vue par le prisme logistique. Car, en réalité, elle fait partie des circuits de distribution qui sont composés principalement de deux éléments dans la chaîne de distribution : les producteurs, les transformateurs et les consommateurs finaux. Ils procèdent généralement par télévente. Ce type d’acheminement des produits comporte de nombreux avantages : la qualité de ceux-ci, le produit ou le service est moins coûteux pour le consommateur final, car son coût ne prend pas en compte les frais de transport. On pratique de plus en plus ce type de vente de nos jours. Notamment par les supermarchés ou les sociétés d’assurance qui veulent tous les deux fournir à la clientèle la qualité hautement supérieure. Surtout, lorsqu’on sait que le temps qui s’écoule entre la production et la destruction détériore le produit qui peut s’avarier.

La vente à distance

Elle a pour particularité de multiplier les points de vente. Ces nouveaux points de vente peuvent être réels ou virtuels (surtout avec l’avènement de la monnaie numérique). Ce concept de vente à distance est avantageux pour les consommateurs, un gain de temps considérable pour eux. Comme le dit si bien un dicton anglais, « time is money ». Toutefois, ce type de vente absorbe beaucoup de budgets. Les entreprises saignent beaucoup à ce niveau-là même si les retours sont conséquents.