Union économique du Maghreb : tout reste à faire

Faire progresser l’Union des pays du Maghreb Arabe : une tache longue à entreprendre depuis plus de 25 ans. Retour sur les objectifs de l’UMA, et les obstacles rencontrés avec Tokia Saïfi, député au Parlement européen.

La problématique économique

Tokia Saifi: la problématique économique au Maghreb

En 1989, l’Union du Maghreb Arabe devait servir à rapprocher les cinq nations d’Afrique du Nord : Le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie, la Libye et l’Algérie.

Ces pays avaient alors cherché à s’unir dans un processus d’intégration économique régionale. Mais aujourd’hui cette union de l’UMA reste symbolique.

Le retard de PIB global du Maghreb

Les barrières aux échanges coûtent chères aux économies maghrébines. A eux cinq, ces pas représentent pourtant 90 millions d’habitants. Mais leur PIB cumulé atteint seulement 400 milliards de dollars. Ce chiffre est nettement à celui par exemple de la Pologne.

Pour bien des observateurs, ceci est en grande partie dû au manque d’intégration régionale. Aujourd’hui, la part des échanges inter-maghrébins dans le commerce total de ces pays atteint à peine 5%.

Les problèmes de dialogue entre l’Algérie et le Maroc

Les problèmes de dialogue entre l'Algérie et le Maroc

Parmi les obstacles principaux à une baisse des barrières douanières, le contentieux entre l’Algérie et le Maroc sur le Sahara occidental. Les deux pays peuvent fermer les frontières faisant souffrir l’économie.

Pour les pays européens qui voient dans un Maghreb unifié un marché commun d’un intérêt considérable, il faudra savoir mettre de côté les problèmes politiques.

Tokia Saïfi: la convergence des stratégies

Selon Tokia Saïfi, Vice-présidente – Délégation pour les relations avec les pays du Maghreb et l’Union du Maghreb arabe, les problèmes politiques ne peuvent pas être un obstacle au rapprochement économique et culturel entre les sociétés du Maghreb. Ça permet par ailleurs de temporiser sur les problèmes politiques. La question de la frontière entre l’Algérie et le Maroc peut être mise de côté afin de faire converger les économies par des stratégies universitaires, des stratégies de recherche, des stratégies scientifiques et des stratégies économiques communes.

L’impact de l’économie informelle

L'impact de l'économie informelle selon Tokia Saifi

Mais il y a d’autres obstacles à l’intégration, notamment le poids de l’économie informelle. En Tunisie par exemple, 85% des entreprises exercent une activité dans une cadre extralégal pour un chiffre d’affaire de 115 milliards de dollars.

Pour l’union douanière et le contrôle des échanges économiques

Donc sans un plus strict encadrement de l’activité de chaque pays, il ne peut y avoir d’union douanière. Il est difficile d’imaginer l’intégration du Maghreb sans une réflexion approfondie par la mise en place de mécanismes économiques, sociaux et politiques transparents pour intégrer cette sphère dans la sphère réelle. En revanche, il ne s’agit pas de prendre des mesures autoritaires mais plutôt d’appliquer des mécanismes économiques.

La Libye : un cas à part

Libye et hydrocarbure

Partenaires souvent considéré à part dans les discussions inter-maghrébines, la Libye doit faire face à des problèmes de sécurité intérieure très importants. Aussi, avec ses ressources en hydrocarbures, le pays est très attractif pour la jeunesse maghrébine. Beaucoup traversent la frontière pour se rendre illégalement en Libye. Cela conduit à un paradoxe. Si la Libye souhaite une meilleure intégration, c’est au contraire pour renforcer les contrôles aux frontières.

La problématique du terrorisme et la vente des armes sur le marché noir

En Libye il y a un grand problème de sécurité. Donc s’il y a une approche au Maghreb Arabe, ça sera une approche sécuritaire. Malheureusement, la Libye est connue pour être une plaque tournante de trafic en tout genre, armes et terrorisme inclus.

Le prochain sommet de l’UMA permettra aux leaders maghrébins d’étudier le dernier rapport de la Banque Mondiale: Tokia Saïfi, député au Parlement Européen précise qu’un véritable plan d’action s’annonce pour faire converger les marchés du Maghreb.

(Source: Alqarra Tv)