Comprendre le mix énergétique avec Vincent Martet

Chaque pays dispose de plusieurs types de ressources énergétiques et est ainsi amené à utiliser ces différentes ressources pour satisfaire ses besoins. Le mix énergétique correspond à ce phénomène, explique Vincent Martet. Si celui-ci varie d’un pays à l’autre, l’on remarque néanmoins une nette tendance en faveur des énergies fossiles.

Les énergies concernées

Vincent Martet indique que l'on parle aussi de bouquet énergétique
Vincent Martet indique que l’on parle aussi de bouquet énergétique

Parfois qualifié de « bouquet énergétique », le phénomène de mix énergétique qu’explique Vincent Martet, concerne les sources d’énergies primaires exploitées pour répondre aux besoins énergétiques d’une zone précise.

Ces besoins énergétiques couvrent majoritairement la production électrique, les carburants des transports, la régulation de la température dans l’habitat et l’industrie.

On trouve ainsi parmi ces sources d’énergies le pétrole, gaz naturel ou charbon (énergies dites fossiles), le nucléaire et les différentes énergies dites renouvelables : hydraulique, éolien, solaire, biocarburants, biogaz, géothermie…

Le mix énergétique n’est jamais exactement le même d’un pays à l’autre. Vincent Martet explique que celui-ci est en effet fonction de plusieurs facteurs :

  • des types et quantités de ressources disponibles (sur place ou à l’import)
  • de la quantité et du type de besoins énergétiques du pays en question
  • des choix politiques qui vont notamment régir la législation ou l’économie et qui dépendent par exemple de la démographie ou du contexte environnemental et géopolitique du pays

Exemples de mix énergétique par Vincent Martet

Différents pays pour différents mix énergétiques illustre Vincent Martet
Différents pays pour différents mix énergétiques illustre Vincent Martet

Avec des facteurs aussi variés, il n’est donc pas étonnant de constater l’immense diversité des configurations de mix énergétique. Vincent Martet propose quelques exemples de mix énergétiques bien marqués :
La France est par exemple caractérisée par une forte propension au nucléaire (42,5%) suivi du pétrole (30,6%).

Le charbon reste minoritaire et même inférieur à la part d’énergies renouvelables (respectivement 3,3% et 9,4%). Parmi ces dernières l’on trouve dans l’Hexagone le bois avec 3,8% puis l’hydraulique (2%). L’éolien et le solaire ne représente à eux deux seulement 1% (0,7% pour l’éolien et 0,3% pour le solaire).

Les Etats-Unis n’exploitent quant à eux que peu le nucléaire (seulement 9%) tandis que le pétrole est la première source d’énergie employée dans le mix énergétique (37%) suivi du gaz (29%) et du charbon à 15%.
Vincent Martet aborde aussi la Chine dont la majeure partie (64%) du mix énergétique est représentée par le charbon. Les énergies renouvelables de l’Empire du Milieu équivalent à environ 11% de ce mix tandis que le nucléaire reste rare (1%) bien qu’en forte croissance.

Les énergies fossiles toujours en tête

Les énergies fossiles restent prédominantes dans le mix énergétique mondial
Les énergies fossiles restent prédominantes dans le mix énergétique mondial

Avec la révolution industrielle, de nombreuses sociétés se sont appuyées ou s’appuient encore sur le potentiel des énergies fossiles.
Ainsi, en 2014, le mix énergétique mondial et donc tous pays confondus plaçait en tête de liste le pétrole (presque un tiers de la part énergétique avec 31,3%) suivi du charbon (28,6%) puis du gaz (21,2%).

Vincent Martet remarque que si l’usage de l’énergie nucléaire est particulièrement marqué en France, cette énergie ne représentait en 2014 que 5% du mix énergétique mondial.