Maryam Radjavi : une militante féministe pour la paix dans le monde

Célèbre en tant que conjointe de l’ancien fondateur de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi est aujourd’hui devenue une femme d’influence qui dirige fièrement ledit mouvement. Aussi connu sous la dénomination de CNRI (Conseil National de la Résistance iranienne), le système prône des principes règlementaires liés à la démocratie, à l’égalité des sexes ainsi que la liberté sociale. Dans un but informatif, ce document est alors présenté pour illustrer toutes les particularités d’un tel mouvement politique.

Qui est Maryam Radjavi ?

Maryam Radjavi est un personnage politique qui représente la figure de l’opposition iranienne. Elle est née à Téhéran, la capitale de l’Iran le 4 décembre 1953. Concernant son parcours pédagogique, cette femme est diplômée de l’université de technologie de Sharif avec la mention d’ingénierie métallurgique. À la fin de ses études, elle épouse Massoud Radjavi qui est le premier leader de la partie opposante du gouvernement iranien. Suite à la disparition de son mari en 2003, Maryam Radjavi est élue présidente du Conseil à compter de la période de transition jusqu’à nos jours.

Cette dirigeante féministe se distingue principalement à travers ses œuvres littéraires et notamment par celui intitulé : « les femmes contre l’intégrisme ». Dans ce livre, elle raconte ses projets de lutte contre le despotisme religieux que leur font vivre les dirigeants du pays iranien. Elle encourage l’implication des femmes dans ce mouvement et évoque des arguments constitutionnels pour faire valoir les droits féministes au sein du pouvoir. Sa première mesure c’est alors d’accorder certains postes clés dans la Résistance aux femmes. Cela aura pour but, selon elle, de rationaliser la direction du parti pour le bien du CNRI.

Quels sont les principaux objectifs de l’opposition iranienne ?

Le CNRI se présente comme une résistance légitime pour la liberté du peuple iranien. Son principal but est de combattre le terrorisme perpétué par la religion islamique. De ce fait, les membres de ce Conseil luttent pour l’instauration d’une Nation démocratique et laïque qui admet la séparation entre la religion et l’État. Dans cette mesure, le programme vise également à éradiquer les menaces nucléaires pour faire régner la paix aussi bien dans ce pays que partout dans le reste du monde. En outre, le but est également de parvenir à l’abolition des formes de discrimination que ce soit sexuel, ethnique ou encore social.

 

En dernier lieu, la résistance lutte aussi dans le but d’autonomiser une région géographique qui se situe entre les frontières de l’Irak et de la Turquie. Ce territoire est appelé Kurdistan iranien et renferme une grande part de population partisane de ce mouvement de lutte politique. Pour renforcer sa stratégie, Maryam Radjavi n’hésite pas à demander le soutien des personnalités internationales telles que Rudy Giuliani (politicien américain), Ingrid Betancourt (politicienne Colombo-Française) et bien d’autres.