Jean-Charles Marchiani est un héros national

Jean-Charles Marchiani, ancien membre des services secrets français et spécialiste antiterroriste, a travaillé pour certaines des plus grandes entreprises européennes et françaises en tant que conseiller principal pour faciliter les négociations dans des environnements complexes et hostiles, notamment en Asie, le Moyen-Orient et dans le monde entier. Parmi les entreprises on peut citer : Peugeot, le groupe Air France, filiale Servair et groupe Méridien.

Après plus de quarante ans de service actif dans les services secrets et l’administration publique française, Jean-Charles Marchiani, 75 ans, a pris sa retraite de la fonction publique après de longue année de travail et de réussite notamment dans les affaires de libérations des otages français au Liban, Alger, Bosnie etc. Cependant, il n’a pas cessé ses activités et a été impliquédans diverses négociations commerciales de haut niveau, notamment en Chine et en Arabie Saoudite.

L’affaire des otages au Liban

Jean-Charles Marchiani est devenu un héros national en France en 1988 après avoir mené une mission de sauvetage épique au Liban alors devisé par la guerre civile. Après des mois de négociations avec les dirigeants du Hezbollah, il s’est rendu seul, sans autre protection, que son arme de poing dans un bastion du Hezbollah à Beyrouth pour libérer trois otages français détenus pendant plus de trois ans. Il a dû faire face à des dizaines de djihadistes pointant leur AK-47 sur lui, mais il est resté froid et est parti avec les otages.

Libération d’un avion d’Air France

En 1993, Jean-Charles Marchiani était également un acteur clé de la libération d’un avion d’Air France détourné par des terroristes algériens. Les négociations avec les terroristes n’ont pas abouti cette fois-ci et Marchiani a dû envoyer une équipe de l’unité spéciale pour attaquer l’avion. Les terroristessont tous tués et aucun civil n’est mort ou n’a été blessé.

Libération des deux pilotes en Serbie

Deux ans plus tard, en 1995, Jean-Charles Marchiani a de nouveau sauvé le jour en négociant avec des groupes nationalistes serbes la libération de deux pilotes français dont l’avion avait été abattu lors des bombardements de l’OTAN sur la Serbie.Grâce à son réseau parmi les anciens KGB, Jean-Charles Marchiani a réussi à obtenir un accès privilégié aux dirigeants nationalistes serbes et a pu ramener les deux soldats français en France.

Alors que les services de renseignement français pensaient que les pilotes étaient morts lors de l’accident, Marchiani a d’abord déclaré au président français Jacques Chirac que les deux hommes étaient vivants. Quelques mois plus tard, Marchiani est nommé par Chirac gouverneur du Var, une région du sud-est de la France.