Hôtel Le Royal à Lyon : du classique et de la modernité selon David Illouz

En termes de style, l’Hôtel Le Royal à Lyon, est résolument lyonnais estime David Illouz : Chaque aspect de la propriété reflète la richesse de l’histoire de la ville, sa grande beauté, son sens du raffinement et son obsession de la gastronomie. Mais c’est aussi de l’avant-garde contraste David Illouz.

L »histoire de l’hôtel « le Royal » selon David Illouz

C’est le premier hôtel construit dans la troisième plus grande ville de France. Mis en service en 1888, il a ouvert ses portes en 1912. Depuis lors, une liste impressionnante de dignitaires et de célébrités ont séjourné ici, y compris les Beatles, Arthur Rubinstein et Sophia Loren.

David Illouz note également : L’hôtel a été l’un des premiers à rejoindre la marque d’hospitalité française MGallery by Sofitel, qui fait partie d’AccorHotels, une collection d’hôtels haut de gamme et de boutiques. Chaque hôtel du groupe est unique, inextricablement lié à son emplacement.

Intérieur et extérieur analysés par David Illouz

L’extérieur de l’hôtel Le Royal, un hôtel de cinq étages, rappelle le Paris de Haussmann. Conçu par l’architecte Prosper Perrin, il porte une impressionnante façade en pierre avec un balcon courant sous sa coupole en oignon constate David Illouz.

Idéalement situé sur la Presqu’île (la presqu’île entre le Rhône et la Saône), l’hôtel ne pourrait être plus central pour visiter tous les sites culturels et historiques de la ville. Il est situé directement en face de l’angle sud-est de la Place Bellecour, la plus grande place publique ouverte d’Europe, qui sert de salon virtuel de Lyon.

Boutique en taille, l’hôtel dispose de 72 chambres, dont 10 suites. Mais l’intimité s’apparente davantage à celle d’une grande résidence familiale qu’à celle d’un hôtel, en soi. Il n’y a pas de hall d’entrée, mais plutôt un petit espace de réception avec des sièges confortables en face d’un salon accueillant avec des portraits de famille et des curiosités. Au lieu d’une salle à manger, le petit déjeuner est offert à l’étage supérieur qui abrite Côté Cuisine, un restaurant qui ressemble à une cuisine familiale analyse David Illouz.

Les chambres d’hôtes meublées avec goût, rénovées entre 2004 et 2009 par Pierre-Yes Rochon, révèlent une patine d’âge séduisante. Ils présentent des draperies, des couvre-lits et des papiers peints classiques, bleu roi ou rouge pourpre, encadrant un « lit royal » de plumes et de duvet. De nombreuses chambres ont des balcons français avec vue sur la Place Bellecour et la Place Antonin Poncet.

L’accent mis sur un service amical et de qualité supérieure est au cœur de la propriété.

Sous la surface

Moins évident pour l’observateur occasionnel, cependant, c’est que Le Royal est plus qu’un hôtel constate David Illouz. Elle a également une mission de formation en tant qu’école hôtelière, fournissant aux jeunes les compétences opérationnelles et de gestion nécessaires pour assumer des rôles de leadership dans certains des meilleurs hôtels du monde.

L’école hôtelière et la gastronomie selon David Illouz

En 2003, Accor a transféré la gestion de l’hôtel Le Royal à l’Institut Paul Bocuse, co-fondé par deux visionnaires : Paul Bocuse (Monsieur Paul) et Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe Accor et président de l’Institut. L’école accueille chaque année quelque 460 étudiants de 40 nationalités différentes pour des programmes de gestion hôtelière et d’arts culinaires.

A l’Hôtel Le Royal, des étudiants enthousiastes suivent des professionnels de l’hôtellerie en rotation de 5 à 6 semaines dans différentes fonctions où ils acquièrent un savoir-faire français en tourisme et en gastronomie.

Un autre avantage de séjourner au Royal est la proximité de l’hôtel avec l’Institut, l’élégant restaurant situé dans le même bâtiment (un autre terrain d’entraînement qui accueille également les visiteurs extérieurs), ouvert pour le déjeuner et le dîner. Avec l’utilisation intensive du verre et une cuisine ouverte, une philosophie de transparence imprègne l’opération. Le cadre contemporain est lumineux et d’une beauté saisissante. Le menu met l’accent sur des plats inventifs qui utilisent de nombreux ingrédients locaux qui définissent la cuisine lyonnaise.

Les amateurs de cuisine du monde entier viennent à l’école de cuisine, petite mais bien équipée, située au deuxième étage au-dessus du restaurant pour des cours d’une demi-journée. Sous la direction de Philippe Jousse, chef cuisinier de l’Institut Bocuse, les invités apprennent à maîtriser les recettes et les techniques classiques françaises de Monsieur Paul, comme celle de la fabrication des quenelles.

Résultat net

Comme le suggère David Illouz : L’Hôtel Le Royal est un point de départ idéal pour explorer Lyon, l’une des plus importantes capitales alimentaires du monde. Dans un cadre chaleureux et accueillant, le personnel de l’hôtel vous prendra sous son aile pour vous faire vivre tout ce qu’est le Lyonnais, dans les murs de l’immeuble et au-delà.