Comment changer de métier à 40 ans ?

Changer de perspective de vie professionnelle à l’âge de 40 ans peut être très stressant. En effet, plusieurs raisons peuvent pousser un salarié en poste à envisager une reconversion professionnelle dans l’optique de s’ouvrir à d’autres horizons ou de réaliser un désir longtemps relégué au second rang. Dans tous les cas, il n’est jamais trop tard et de nombreuses options sont possibles dans ce sens.

Pourquoi s’engager dans une reconversion professionnelle ?

Le marché du travail apparaît aujourd’hui comme une plaque tournante d’opportunités à vite saisir. De nouveaux métiers se créent et se modernisent, les outils de travail sont de plus en plus perfectionnés, la numérisation intensive atteint tous les secteurs d’activités, et beaucoup d’aspects du monde du travail sont en perpétuelles mutations. Au vue de tout ceci, le taux de reconversion professionnelle est en nette progression, et un individu peut passer en moyenne par trois carrières au cours de sa vie.

D’autres raisons peuvent également être à la base de la décision de changer de métier comme par exemple le besoin de se retrouver au sein d’un nouveau cercle social ou de s’inscrire à une formation professionnelle.

Pour ce faire, il faut tout d’abord passer par un bilan de compétences qui vous situera sur les orientations possibles dans le secteur d’activité souhaité.

Ce bilan projette la balance de vos compétences et de vos capacités dans certains domaines, et permet de déterminer les différents métiers qui vous correspondent. Il s’agit évidemment de résultats théoriques, mais qui orientent vers des idées d’emploi futur quand on ne sait comment choisir son métier de reconversion. À partir de ce moment, soit on a une idée fixe de ce que l’on souhaite faire, ou on a plus ou moins quelques pistes d’orientation. Il faut maintenant envisager la possibilité de se faire former, gage d’un projet de reconversion réussie. Vous trouverez une formation adaptée à votre profil en quelques clics sur Sciences Po Executive.

Les formations possibles pour salariés déjà en poste

Le choix de la formation ne doit pas être pris à la légère. Quel que soit le type de formation qui vous conviendra le mieux, plusieurs solutions s’offrent à vous tout en gardant votre salaire.

Si vous souhaitez apprendre ou améliorer votre niveau en anglais, débuter la formation d’une langue étrangère, ou si vous voulez revoir les bases de vos connaissances en informatique, une courte formation qualifiante de quelques semaines devrait suffire.

Le dispositif adapté dans ce cas est le DIF (droit individuel à la formation). Par contre si vous choisissez de préparer un nouveau diplôme dans l’optique de votre reconversion professionnelle, le CIF (congé individuel de formation) ou la VAE (validation des acquis de l’expérience) constitue la meilleure option. C’est un droit individuel pour chaque personne engagée dans la vie active.

Il existe de nombreuses possibilités d’aides pour faire face au financement de votre formation. Le salarié peut recourir à l’État pour obtenir des subventions comme la Rémunération de Formation Pôle Emploi (RFPE) ou s’adresser aux régions (Conseils régionaux, Missions locales…). Vous pouvez également demander au service des ressources humaines de votre entreprise de vous former afin d’être davantage opérationnel au quotidien, soit en suivant surplace ou à distance une formation professionnelle. Reprendre ses études quand on est fonctionnaire, en CDD ou en CDI, c’est bien possible sur ce site.