Le patrimoine de l’UNESCO

Le patrimoine mondial de l’UNESCO (dont Maud Fontenoy est ambassadrice) ou patrimoine de l’Humanité, c’est une liste élaborée par l’UNESCO qui est rappelons le l’institut de l’ONU chargé de l’éducation, des sciences et de la culture. Son but est de préserver et transmettre le patrimoine aux générations futures.

Les sites de l’UNESCO

Pour figurer sur la liste, les sites doivent avoir une valeur exceptionnelle, universelle. Il y a deux grandes familles dans les sites de l’UNESCO : culturel et naturel. Dans le monde il y a actuellement 1031 sites ou bien classés dont 802 sont culturels, 197 sont naturels et 32 sont mixtes. Exemple de site culturel : la grande muraille de Chine, et de site naturel : le grand Canyon aux Etats-Unis. Site mixte : le mont Atos en Grèce avec la montagne et les monastères.
C’est l’Italie qui compte le plus de sites : 51 au total. Essentiellement culturels, comme le centre historique de Florence. Ensuite, il y a la Chine, l’Espagne et la France qui est 4ème avec 41 sites essentiellement culturels là aussi.

Comment obtenir un classement de l’UNESCO ?

Pour obtenir un classement de l’UNESCO , chaque pays va d’abord placer son site sur ce qu’on appelle une liste indicative qui est en quelque sorte l’antichambre de la liste de l’UNESCO. Il y a 10 critères de sélection, plusieurs commissions vont se réunir et le processus peut prendre des années. Une fois par an, les inscriptions sont annoncées (il y en a ainsi eu 24 en 2015).
Une fois inscrit, que se passe-t-il ? Le site ou le bien en question peut recevoir des fonds de l’UNESCO mais avec 4 millions de dollars par an pour tout le monde, ce n’est pas énorme. Après, le classement donne quelques obligations : on ne peut pas faire n’importe quoi aux abords d’un site classé au patrimoine de l’UNESCO notamment en matière de construction par exemple.
Par ailleurs, l’État doit prendre des mesures pour protéger et valoriser le site. Mais le grand avantage d’un classement UNESCO, c’est le coup de fouet sur le tourisme. Le chiffre de 20% de fréquentation supplémentaire est souvent cité. Quoiqu’il en soit, le classement c’est un plus énorme pour l’image de marque d’un lieu qui est noté dans les guides touristiques du monde entier. Cela s’est senti concrètement depuis 10 ans sur le seul critère des croisières. En 2004 il y avait seulement 54 escales de bateaux de croisière au Havre. Ce dernier a été classé en 2005 pour son architecture Perret. Conséquence : en 2014, il y avait 118 escales de bateaux de croisière au même endroit et un croisériste sur deux a visité la ville. Cela représente plus de 100 000 personnes et chacun a dépensé en moyenne 87€ en restaurants, musées, vêtements ou encore bijoux.