Cadolive : Un village vert par Serge Perottino

Les déchets s’entassent, les villes sont davantage polluées et l’air devient irrespirable. Pour parer aux contraintes liées à la contamination, Cadolive et Serge Perottino le maire de la ville ont pris l’initiative d’opter pour des méthodes respectueuses de l’environnement en engageant sa population.

Afin de préserver au mieux la nature, Serge Perottino maire de Cadolive à mis en place un dispositif de Points d’Apport Volontaire. Ceux-ci consistent à placer des bennes à des endroits précis du village, hors dangers, de façon à ce que tout citoyen dépose les déchets de verre, de plastique et de papier carton.

 

Un aménagement réglé au centimètre carré par Serge Perottino 

 

Pour tout déchet ménager, des collectes sélectives sont faites au niveau des points d’apport.  Les cadolivains peuvent donc composter leurs déchets fermentescibles (déchets alimentaires et végétaux) et les valoriser, afin qu’ils soient transformés en compost, participant ainsi à l’amélioration de la fertilité des sols.

 

Pour tout détritus végétal, gravats, ferraille ou déchets encombrants, la mairie de Cadolive et Serge Perottino mettent à disposition la déchèterie de Peypin ouverte du lundi au dimanche. Ainsi cet espace aménagé et clôturé permet la dépose de meubles, électroménagers ou bois.

 

Si vous ne disposez pas de moyens de transport pour rejoindre la déchèterie de Peypin, la communauté d’Agglomérations du Pays d’Aubagne et de l’Etoile  dont Serge Perottino est le président propose, une collecte des encombrants sur rendez-vous une fois par semaine, notamment le mercredi, sous réserve de contact de la Mairie 48h avant.

 

Des méthodes écologiques souhaitées par Serge Perottino 

 

Depuis une dizaine d’années, le village de Cadolive rassemble les enfants entre la maternelle et le CM2 pour les initier à l’écologie et à la commémoration du passé. Tous les 28 mars, les enfants de la ville font une excursion au Mont Julien afin d’y planter un arbre dans les trous préparés au préavis par le CCFF (Communauté Communale des Feux de Forêts).

 

La Journée de l’Arbre, permet également de rassembler enfants et parents autour d’un pique-nique amical à la découverte du Baou. C’est aussi un moyen de renouer avec le passé puisqu’ils y honorent la mémoire des Leï loups rodaïre; des résistants qui ont lutté contre l’ennemi lors de la Seconde Guerre mondiale. Suite aux représailles, la forêt luxuriante a été ravagée et brûlera plus de 15 km de la colline.

 

Aujourd’hui ce sont plus de 20 000 arbres plantés. Une initiative qui protège la flore et la faune de la région pour le présent et pour les futures générations.