UPR : Ce qu’il faut retenir de la candidature de François Asselineau

François Asselineau est officiellement candidat à l’élection présidentielle. À la tête de l’Union Populaire Républicaine (UPR), il incarne le courant le plus radicalement hostile à l’Union européenne, né des débats du traité de Maastricht, vieux maintenant d’un quart de siècle.

Pourquoi l’UPR surprend ?

Le 10 mars, François Asselineau est pourtant devenu un candidat à la présidentielle. Le président-fondateur de l’Union populaire républicaine (UPR) a, selon un décompte régulièrement communiqué par le Conseil constitutionnel, dépassé le seuil des 500 parrainages d’élus requis pour briguer le quinquennat.

l’UPR n’est pas si méconnue que le prétende les médias. Il n’est pas rare de croiser le portrait de François Asselineau dans les rues de France. Petit parti à l’audience discrète mais réelle, l’Union Populaire Républicaine se distingue par un militantisme particulièrement actif et par une présence numérique rodée et efficace.

Toutefois, le 13 mars dernier François Asselineau et son parti l’Union populaire républicaine ont obtenu une couverture médiatique conséquente lors du journal de 20h sur TF1 afin de préciser les contour de son programme.

Quel est le programme de l’UPR ?

Le Frexit selon l’UPR :

« Ce n’est pas par nostalgie xénophobe ou racisme, c’est tout simplement pour rendre aux Français leur démocratie, leur droit souverain » précise François Asselineau 

La sortie de l’Euro

L’UPR déplore une monnaie qui n’est pas adaptée à toutes les économies des pays de l’Union européenne, en pointant du doigt « l’écart de compétitivité » qui s’est accru de « 21% » entre la France et l’Allemagne.

Coalition militaire

En outre, L’UPR milite également pour le désengagement de la France dans l’intervention de la coalition militaire internationale contre le groupe État islamique. « Derrière Daesh se cache des intérêts très intéressants qui ne sont pas très connus« , a déclaré François Asselineau dans un premier temps avant de mettre directement en cause le Qatar et l’Arabie Saoudite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *