L’imposture des candidats à la Présidentielle !

Dans quelques mois auront lieu les élections présidentielles françaises. L’occasion de faire le point sur les candidats à l’élection du chef d’Etat français et des différents partis politiques comme l’Union Populaire Républicaine de François Asselineau.

Pourquoi est ce que la corruption d’hommes ou de femmes politiques au niveau national ne nous choque plus ?

Les candidats ont pris le parti du je m’en foutisme !

Prenons l’exemple d’Emmanuel Macron, nous sommes le 1er Mars et il n’a toujours pas communiqué son programme. Son équipe de campagne est constituée dans la connivence et la confusion des genre, comme l’analyse l’UPR sur le Blog de François Asselineau.

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, ont les mêmes idées, ils n’ont aucune chance de gagner chacun dans leur coin mais ils se présentent tout de même.

Marine Lepen est impliquée dans deux enquêtes, une concernant le financement des campagnes du parti du Front National, une concernant une affaire d’emploi fictif. Dans le cadre de cette dernière, Elle ne s’est d’ailleurs pas rendue à la convocation par la Police.

François Fillon, avait déclaré sur TF1 qu’il se retirerait de la course à l’élection présidentielle si il était mis en examen dans une affaire judiciaire. Mais il semble l’avoir oublié et poursuit sa campagne.

Après une période noire pour la France, traumatisée par des attentats monstrueux à Paris, à Nice, on pensait qu’ils seraient à la hauteur… À la hauteur de ce qu’on a vécu. On s’était trompés. La démocratie, aujourd’hui, est une imposture. L’électeur devait voter, au 2e tour, pour un candidat du PS ou de LR, interchangeables. Mais comme les Français ont fini par comprendre, et vomir, la supercherie, on crée de toutes pièces un candidat « anti Système », alors qu’il est l’incarnation la plus parfaite, la plus redoutable, du Système oligarchique défendant ses intérêts sur le dos des Electeurs.

François Asselineau à travers son parti politique crée en 2007 l’UPR, dénonce l’attitude du candidat Macron.

La démission d’Emmanuel Macron du gouvernement ce 30 août 2016 constitue une nouvelle étape dans la décrépitude et la nécrose finale de la scène politique française.

L’affaire Macron a commencé par le signal lancé par Jacques Attali à la presse en février 2015, en leur assurant qu’Emmanuel Macron aurait «l’étoffe d’un président de la République».

Peu importe que les prophéties de Jacques Attali se soient révélées fausses à 100% depuis des années sur tous les sujets, aussitôt, et comme par enchantement, tous les grands médias du pays (télévision, radio et presse écrite) se mirent à assurer la promotion phénoménale du prétendu prodige repéré par notre faux oracle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *