Santé mentale : de quoi parle-t-on?

Pour qualifier la santé mentale, l’Organisation Mondiale de la Santé la définit comme « un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et fructueux et contribuer à la vie de sa communauté ». L’état mental d’une personne est déterminé par plusieurs facteurs (biologiques, historiques personnels, familiaux, économiques, etc.), selon Jean-Charles Faivre-Pierret, directeur du centre hospitalier Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. Ces différents facteurs peuvent plus ou moins contribuer à la fragilisation de l’équilibre mental et provoquer des souffrances psychiques, des maladies psychiatriques, etc.

Le problème de santé mentale concerne 27% d’adultes

Nous pouvons tous être confrontés à un symptôme de santé mentale, selon une étude de la communauté Européenne; 27% des personnes adultes ressentent au moins une forme. La majorité des problèmes de santé mentale ne se traduit pas par des signes détectables au niveau social. En revanche, les troubles psychiques (déficiences, démences, etc.) peuvent provoquer des graves dysfonctionnements dans les relations sociales, avance Jc Faivre-Pierret.

L’habitat premier lieu des relations sociales

Le logement est apprivoisé par chacun et considéré comme un espace intime, de protection face au monde extérieur. Il n’est donc étonnant qu’une personne présentant des troubles psychiques montre des difficultés dans son logement et dans son environnement, car elle aura du mal à tenir compte du bien-être des autres. Cette situation peut perturber les relations familiales se traduisant parfois par des conflits.

Souffrance psychique et perte d’estime de soi

La plupart du temps, le problème de santé mentale s’accompagne d’une perte d’estime de soi, d’un sentiment de vulnérabilité face au monde extérieur. Cette situation peut provoquer dans d’autres cas la conviction que les autres représentent un danger en permanence. Des personnes se trouvant dans une telle situation ont du mal à accepter l’aide des autres; pour elle, il s’agit de rajouter une difficulté à sa souffrance.

Pour aider les personnes souffrant de troubles psychiques, les professionnels doivent établir une relation de confiance permettant aux malades d’accepter progressivement leur aide.