François Asselineau sur fréquence ESJ

François Asselineau était l’invité de Fréquence ESJ et Air Show le mardi 7 février 2017. Le président fondateur de l’UPR est revenu sur son programme présidentiel avec l’envie farouche d’avoir les parrainage nécessaire afin de pouvoir participer à l’élection. « Nous avons plus de 150 promesses de parrainage, nous en avons beaucoup, je ne donnerai pas de chiffre pour le moment car ce ne sont encore que des promesses. Parmi ces promesses, nous en avons de maires de tout horizon politique, y compris des pro-européens. »

François Asselineau revient sur son parcours

François Asselineau a évoqué son parcours Bachelier scientifique mention Très Bien, Diplômé d’HEC Paris en 1980, il a été reçu au concours d’entrée à l’ENA à l’issue de son service national en 1982. Sorti deuxième de la voie d’administration économique en 1985 (Promotion Léonard de Vinci), il a choisi le grand Corps de l’Inspection générale des finances.

François Asselineau, actuellement Inspecteur général des finances et professeur dans plusieurs écoles de commerce, s’est engagé en politique en 1999, en adhérant pour la première fois à un parti, le Rassemblement pour la France (RPF), dans lequel il espérait retrouver un renouveau du gaullisme. Le 25 mars 2007, jour du 50ème anniversaire du Traité de Rome, François Asselineau a décidé de créer un nouveau mouvement politique, l’Union Populaire Républicaine (UPR), dont le but essentiel est de faire sortir la France des traités européens, sereinement, unilatéralement, démocratiquement et conformément au droit international.

L’un des principaux points du programme du président de l’UPR concerne l’Europe. Pour François Asselineau , il faut sortir de l’UE, de la zone Euro mais aussi de l’OTAN. Il le dit, « les gens n’ont pas peur de quitter l’Union Européenne si vous pensez que quitter l’UE c’est devenir la Corée du Nord, c’est une idée fausse ». En fervent défenseur du « Frexit », il prend le « Brexit » en exemple à suivre : « Le chômage s’effondre, la croissance redémarre, les investisseurs reviennent… ». Mais lorsque François Asselineau n’avait obtenu que 0,38% dans sa circonscription lors des dernières élections européennes, il ne s’estimait pas déçu puisque son parti « se présente aux élections pour se faire connaître ».