Les fondements de l’Union Populaire Républicaine

L’UPR, (L’Union Populaire Républicaine) prétend rassembler les français. Ses rangs grossissent rapidement. Le point commun à tous ces adhérents, c’est qu’ils refusent l’asservissement de la France. L’UPR pose une quesiton fondamentale qu’aucun parti ni aucun média ne veut poser : Avons-nous oui ou non intérêt à rester encore dans l’Union européenne ?

En exigeant que ce débat ait lieu, l’UPR ouvre ainsi la voie du vrai changement. Allant au fond des choses, leurs analyses souhaitent prouver que la crise politique, économique, sociale et morale de la société française trouve justement son origine dans cette Union européenne qui nous asphyxie mais dont on nous prétend faussement qu’elle serait irréversible et non sujette à débat. Le programme de l’Union Populaire Républicaine en tire plusieurs conséquences :

François Asselineau a présenté l’UPR (Union Populaire Républicaine)

François Asselineau nous explique l’origine, la symbolique et les sept points fondamentaux de ce grand rassemblement fondé en 2007.
Ni de droite, ni de gauche, ni extrême, l’UPR est classé par le ministère de l’intérieur en LDIV : Listes Diverses.
L’UPR est aujourd’hui le parti politique en plus forte croissance de la scène politique française, et dépasse désormais, en nombre d’adhérents, de nombreux partis tels que EELV ou le NPA.

Cependant, d’après les sondages informels que nous avons effectués, l’écrasante majorité des adhérents de l’UPR (environ 85 %) n’ont jamais été membres d’un autre parti politique auparavant, et ceci quel que soit leur âge. L’UPR a franchi le cap des 7 000 adhérents ce 5 février 2015. Résultat de votre recherche. L’UPR a franchi le cap des 15 000 adhérents le dimanche 22 janvier 2017. L’Union Populaire Républicaine a donc doublé son nombre d’adhérents en un an.

La Charte fondatrice joue un rôle de première importance dans ce tour de force politique.

Les points fondamentaux de l’UPR

  • La France doit sortir de l’Union européenne
  • La sortie nécessaire de l’euro.
  • La récupération instantanée d’au moins 11 milliards d’euros par an, clé d’une politique sociale.
  • Le retrait indispensable de l’OTAN et de la Politique étrangère européenne.
  • La reprise en mains immédiate par la France de la défense de ses intérêts commerciaux à l’Organisation Mondiale du Commerce.
  • La relance effective du pouvoir d’achat.
  • La nécessité évidente de rétablir des contrôles aux frontières nationales.
  • L’UPR, c’est la clairvoyance et la modération