Qui est François Asselineau candidat controversé du Frexit ?

François Asselineau, Président de l’Union Populaire Républicaine (UPR), a déjà été candidat à l’élection du Président de la République française en 2012. Boudé par les grands médias, le président de l’UPR se fait connaître sur Internet et par voie d’affichage et espère réunir les 500 signatures nécessaires pour se présenter à la présidentielle

Le parcours de François Asselineau

Ses affiches ont fleuri un peu partout, mais il est absent des grands médias audiovisuels, excepté un passage dans On n’est pas couché en 2014. Mais qui donc est François Asselineau, le candidat qui affirme être le seul à vraiment vouloir sortir de la construction européenne et qui veut marier le Conseil national de la Résistance avec le troisième millénaire ?

l’Union Populaire Républicaine (UPR), fort officiellement de 15 000 adhérents, et une vraie quête des 500 parrainages. « On a beaucoup de promesses », dit-il, parlant d’une « très forte probabilité » d’y parvenir. Le 17 mars à 18 heures, ce sera trop tard.

À 59 ans, le président de l’UPR est tout droit sorti du « système » : diplômé d’HEC et de l’ENA, inspecteur des Finances, avec une belle carrière à Bercy avant de rejoindre les cabinets ministériels en 1993 comme conseiller pour les Affaires internationales au cabinet de Gérard Longuet à l’Industrie, puis François Asselineau devient directeur du cabinet de Françoise de Panafieu au tourisme (au temps des « juppettes »), puis chargé de mission au cabinet d’Hervé de Charette aux Affaires étrangères.

Après la dissolution de l’Assemblée nationale en 1997, il se rapproche de Charles Pasqua pour rejeter le traité d’Amsterdam. Il sera un peu plus tard son directeur de cabinet au Conseil général des Hauts-de-Seine. Nicolas Sarkozy, devenu président de l’assemblée départementale, l’expédie à Bercy. L’expérience tournera court, les idées de l’un ne sont pas les idées de l’autre. Côté électoral, François Asselineau devient en 2001 conseiller de Paris comme chef de file de la liste de Jean Tiberi dans le XIXe arrondissement. En 2007, il crée l’UPR et récolte, en 2012, 17 parrainages pour la présidentielle. Raté. En 2014, il pointe à 0,41 % aux Européennes avec 77 000 voix. Puis obtient 190 000 voix aux régionales de 2015. Pour se faire connaître, il utilise au maximum Internet, avec notamment des retransmissions de ses conférences.

Le programme de François Asselineau

Les 20 thématiques du programme de libération présenté par l’UPR 

  • Défendre l’indépendance politique et économique de la nation
  • Rétablir la démocratie la plus large (suite)
  • Établir la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État et des puissances d’argent
  • Rétablir une société de liberté (Internet)
  • Établir le respect de la personne humaine et l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi
  • Instaurer une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des féodalités financières de la direction de l’économie (suite)
  • Assurer la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général
  • Intensifier la production nationale
  • Faire retour à la nation des grands moyens de production privatisés, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques
  • Favoriser la participation des travailleurs à la direction de l’économie
  • Garantir un niveau de rémunération et un logement permettant d’assurer à chaque citoyen et à sa famille sécurité et dignité
  • Reconstituer un syndicalisme indépendant
  • Garantir la santé pour tous
  • Assurer l’élévation et la sécurité du niveau de vie des agriculteurs et se soucier de la qualité des aliments
  • Établir une retraite permettant à tous de profiter dignement et pleinement de la vie
  • Permettre à tous les enfants d’avoir accès à la culture la plus développée de façon à obtenir une élite non de naissance mais qui soit de mérite
  • Rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle (suite)
  • Redonner toute la priorité à nos liens avec le monde francophone et l’Outre-mer français
  • Organiser des référendums sur des sujets clés qui méritent un large débat national
  • Sujets non abordés dans le programme (impôts, taxes, fiscalité, emploi, insertion, …)

Le programme de François Asselineau s’inspire, explique-t-il, de celui du Conseil national de la Résistance relooké troisième millénaire, avec comme grandes lignes « rétablir la France dans sa puissance », sortir de l’OTAN, remettre au goût du jour le référendum et assurer « le retour à la Nation des grands moyens de production privatisés, des sources d’énergie, des compagnies d’assurances et des grandes banques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *