Sauce secrète de la Silicon Valley

Aujourd’hui, la Team partage avec vous la vision d’un ancien Silicon Valley sur l’entreprenariat au Japon. Il s’appelle Mark Bivens, un capital-risqueur qui voyage entre Paris et Tokyo.

Selon Marc, il est futile pour le Japon d’essayer d’imiter la Silicon Valley. En revanche, le gouvernement et les entreprises du Japon peuvent s’inspirer des facteurs de succès de la Silicon Valley.

Alors, comment le Japon peut s’inspirer du modèle de la Silicon Valley?

Selon Marc, ceci est une question difficile pour deux raisons. Tout d’abord, personne ne peut identifier avec certitude tous les facteurs expliquant un tel succès de la Silicon Valley. Ainsi, il sera difficile de copier le modèle Silicon Valley impossible.

Deuxièmement, un ingrédient clé du succès de Silicon Valley est la proportion excessive de personnes avec une ambition folle. Selon une analyse des profils LinkedIn, les résidents de la Silicon Valley rêve plus grand que le reste du monde. Les gens qui comprennent les mots-clés « changer le monde » dans leur profil LinkedIn sont beaucoup plus fréquents dans la baie de San Francisco que partout ailleurs (source: Venture Capital Dispatch).

Quels ingrédients de la sauce secrète de la Silicon Valley pourrait être transférable au Japon?

Deux facteurs importants viennent à l’esprit qui pourraient être utile pour le Japon et qui sont à considérer attentivement: la proximité et l’immigration.

  • Proximité

Par proximité, je veux dire la proximité des établissements d’enseignement, les entreprises et la communauté du design. La proximité de ce groupe diversifié est importante parce que, quand les gens talentueux de l’expertise multidisciplinaire se réunissent, les chances augmentent de façon exponentielle pour des rencontres fortuites qui engendrent l’innovation.

Un exemple plus récent et sans doute l’une des initiatives entrepreneuriales les plus réussies de l’histoire, l’ascension de Google découlaient de la rencontre fortuite à Stanford University de Palo Alto de Sergey Brin et Larry Page qui ont fait fortune ensemble. La proximité des institutions telles que Stanford et UC Berkeley a facilité le recrutement d’ingénieurs et de gestionnaires de haut niveau permettant à l’entreprise de grandir.

L’élément de conception ne peut pas être sous-estimé, en particulier dans l’innovation aujourd’hui. L’innovation d’un produit ou d’un service ne réside pas dans la complexité de la technologie sous-jacente, mais plutôt dans son expérience de l’utilisateur. Conception, ou sa forme plus évoluée que l’intelligence créatrice, constitue le cœur de l’expérience de l’utilisateur, et la Silicon Valley a toujours été en proie à des artistes, designers et concepteurs créatifs.

  • Immigration

Des chercheurs de l’Université Duke ont conclu dans un rapport que les entreprises créées par des immigrés créé plus de 450.000 emplois en 2005, et que 52% des fondateurs de démarrage aux États-Unis étaient des immigrants. La plupart de ces personnes ont renoncé à une vie ailleurs à venir à Silicon Valley afin de vivre le rêve entrepreneurial.

Il y a quelque chose dans l’ADN d’un immigrant qui se prête à l’esprit d’entreprise. Peut-être est une absence de crainte de nouvelles aventures, une capacité à opérer sur la frange de la société, sans contrainte par les normes sociales et la pensée conventionnelle, la pression évier ou nager de recommencer, ou une combinaison de tous ces facteurs ainsi que d’autres.

Alors, quelles sont les leçons pour le Japon?

Pour le Japon, Mark Bivens pense qu’il est préférable d’établir une politique plus intelligente en matière d’immigration qui ne gêne pas la rétention des entrepreneurs individuels talentueux, indépendamment de leurs attachements familiaux à l’archipel. « Le récent système de démarrage Visa est sans aucun doute un pas dans la bonne direction, et je félicite le gouvernement pour cela ». « Je pense que le défi sera de trouver le juste équilibre entre la prévention des abus, tout en accordant la résidence d’entrepreneur pour une période correspondant à la période de temps nécessaire pour créer une entreprise ».

Interview de Mark Bivens, source de l’article en Anglais sur http://thebridge.jp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *