Dans les coulisses du gouvernement suisse – la Chancellerie fédérale

Le 1er Janvier 2016, l’ancienne chancelière fédérale Corina Casanova a laissé la place à Walter Thurnherr, qui a été élu au bureau le 9 Décembre par l’Assemblée fédérale. Dans cet article, nous tenterons de découvrir ré- découvrir les activités de grande envergure et souvent peu connus du bureau du personnel du gouvernement suisse.

Pendant huit ans, Corina Casanova a conseillé et soutenu les membres du Conseil fédéral dans l’exercice de leurs fonctions. C’est une tâche laborieuse, délibérément effectuée hors des projecteurs, principalement destinée à alléger l’énorme charge de travail des ministres suisses, qui sont tenus de prendre plus de 2500 décisions gouvernementales chaque année.

Réforme majeure

Grâce à de nouveaux pouvoirs accordés à elle par le Parlement pour soutenir l’action du gouvernement, Corina a été en mesure de procéder à des réformes majeures concernant à la fois l’organisation des sessions et la gestion des affaires du Conseil fédéral.

Dans le même temps, des progrès importants ont également été réalisés dans le processus de numérisation des services de l’exécutif, l’administration fédérale et de la Chancellerie fédérale. En particulier la gestion électronique de toutes les affaires du Conseil fédéral, présenté en 2012, la mise en place de la primauté des versions électroniques des publications officielles du 1er Janvier 2016 et le soutien continu apporté aux cantons avec l’introduction progressive du vote électronique qui est si important pour les Suisses de l’étranger.

Sous sa direction, la Chancellerie fédérale a mis en place un service présidentiel visant à fournir des conseils et du soutien pour les activités du Président de la Confédération suisse et de donner ce bureau un certain degré de continuité au cours du temps.

Communication et le multilinguisme

Corina Casanova est même crédité de la modernisation de la communication du gouvernement en développant des sites Web (admin.ch et ch.ch) et les canaux de médias sociaux qui permettent un contact formel plus ou moins direct avec le peuple suisse.

Devoirs de la Chancellerie

La Chancellerie fédérale est une organisation complexe dont les fonctions sont très larges, mais peu connue du grand public. Pour remplir ses fonctions, le chancelier fédéral compte sur le soutien d’environ 250 personnes, dont la plupart sont basées à Berne.

Comme le bureau du gouvernement suisse du personnel, la Chancellerie fédérale est chargée de préparer les sessions et la communication des décisions du Conseil fédéral ainsi que la planification, la coordination des activités du gouvernement. Contrairement à d’autres pays, le chancelier fédéral en Suisse effectue principalement des tâches administratives.

Malgré la participation aux sessions de l’organe directeur et d’être en mesure de faire des propositions sur les points abordés, le chancelier n’a pas le droit de vote. En plus de ses fonctions gouvernementales et les décisions, la Chancellerie fédérale fournit au public une information par le biais d’une série de publications.

Garant des droits politiques et des langues

Dans pratiquement aucun autre pays, la participation démocratique du peuple est aussi étendue que dans la Confédération suisse. Avec les élections, les votes, les initiatives et les référendums, les citoyens suisses sont régulièrement appelés à la boîte de scrutin pour exprimer leur point de vue sur l’avenir de la nation.

La Chancellerie joue un rôle clé à cet égard. Il est chargé d’informer le peuple suisse sur les questions fédérales étant mis aux voix, la publication des résultats de vote et d’organiser les élections au Conseil national. Le dépositaire non seulement des droits politiques, mais aussi des langues, il est la tâche de la Chancellerie fédérale pour veiller à ce que les lois, les ordonnances et les traités internationaux soient établis d’une manière simple et compréhensible dans les trois langues officielles.

Le nouvellement élu chancelier fédéral Walter Thurnherr fait face à un large éventail de défis. Lors de la remise du bâton, Corina Casanova a indiqué qu’elle était confiante qu’elle laissait derrière une institution robuste, capable de suivre le rythme avec le temps.

Source de l’information http://www.revue.ch